Angélique


Au temps lointain où courait la peste Un ange eut le sage, doux et bon geste De tes vertus confier à l’oreille D’un ermite avant qu’il se réveille.


Ainsi Angélique tu offres depuis lors Une sérénité qui vaut de l’or : Si ton parfum chasse le mauvais sort Ta racine nie l’âge de la mort.


Tu apportes force d’âme et guérison À ceux qui connaissent les abandons, La perte, le doute et autres poisons,

Donnant souplesse et stabilité Aux corps perclus ou aux esprits agités Pour un chemin de vie plus en gaieté.

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout