Avril

Le 30 :

Tendresse de Pierrot Qui a perdu la plume Et ne sait plus écrire un mot. Lumière de la lune Révèle notre ombre Dans ta douceur nocturne.


Le 28 : Quand on est aimé, Peut-être avons-nous gagné La confiance ? Quand on aime, Peut-être a-t-on peur De perdre ? Gagner et Perdre, Recevoir et Laisser-aller, L'amour, la vie, le souffle, N'est-ce pas le nécessaire mouvement d'un va-et-vient ? D'une réciprocité de Quand j'aime, je suis aussi aimé ? Ou de quand je suis aimé, Je peux aimer à mon tour ? Cela ne dépendrait-il pas Du côté où penche la balance Du besoin ?


Le 26 :

L'adresse du bonheur Toi le grand C'est ton habileté À traverser les heurts Le cœur chantant Avec ton inventivité À transformer les pleurs Le cœur aimant À force d'originalité À faire vivre la douceur Le cœur souriant En recréant la beauté.


Le 19 :

Certains ne peuvent point vivre Tant ils sont pétris de cendre et givre Adieu ! Gisant, je ne veux plus me taire ! Je veux chanter et vibrer entière Le cœur plein, libre et heureux.


Le 12 :

L'humain s'est perdu dans la ville Le jour où pour suivre la cadence Il a accepté de résister, s'endurcir Et la douleur a refusé de sentir. Notre rythme sachons garder, Au "métronhomme" de notre pouls.




2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Juillet