Devenir sa propre maîtresse

Au beau milieu de la rudesse, Parvenir à ressentir la tendresse, Défi, gageure, et même prouesse D'accepter cet état de faiblesse.

Quand les actes et les mots blessent, Par leur brusquerie et leur étroitesse, La peau sous l'effet de la tristesse Dévoile de l'être toute la détresse.


Brutalité du ton que le coeur encaisse Tentant vainement de montrer hardiesse Le souffle, le geste, le corps oppresse Contre les murs de l'irréductible forteresse.

Austérité des principes sans souplesse Doublée d'une hargne vengeresse S'acharne sur la soupçonnée traîtresse La rabaissant au rang de pécheresse.


Face à la sévérité à l'emporte-pièce Garder foi en l'avenir et ses promesses Trouver les moyens de la robustesse Dans le flux de la vie qui progresse


S'allier à la douceur et à la justesse Pour s'épanouir hors de la petitesse Se sentir drôle de diablesse pleine de noblesse Qui à la fois respecte et transgresse Dans l'allégresse.



8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout