Le retour de Flamme.


Cette petite flamme était prometteuse. Elle pétillait gaiement, faisant entendre son crépitement et offrait déjà un halo de chaleur. Sa seule inquiétude était qu'elle s'élevait à l'écart et qu'elle ne voyait aucune brindille ni branchette qui puisse la relier aux autres bûches de ce feu irradiant au centre de la clairière.

Elle décida donc de continuer son chemin par là où elle pouvait. Elle suivit un brin d'herbe, puis une graminée tombée à terre, puis des rameaux de broussailles et finit par s'attaquer aux écorces et aux branches des pins voisins.

Sa puissance était allée en augmentant, de façon incontrôlée. Sous l'effet de sa température asséchante, elle se transforma bientôt avec la complicité des résines résistantes environnantes en un incendie ravageur et implacable. Rien ne parvenait à l'éteindre. Au contraire, elle se trouvait attisée par le Vent de l'éloignement et de la mise au ban ce qui ne l'enflammait que de plus belle.

Même l'Eau tombée du Ciel qui s'efforçait de la maîtriser par le poids et la multiplicité de ses gouttes se trouvait impuissante et sur l'instant transformée en une vapeur âcre et une fumée amère. Cette flamme paraissait réellement impossible à étouffer.


Elle courait, elle courait, se déployant sans cesse, trouvant toujours de quoi s'alimenter...


Seule la terre parvint enfin à la calmer, l'adoucir, la concentrer.

Devant cette étendue neutre, toute minérale, qui contenait l'organique décomposé, issu de la mort des feues parentèles et feux bien-aimés, transformés il y a bien longtemps en charbons pétrifiés, la flamme perdit de sa force et de sa superbe, accepta de se réduire et alla même jusqu'à s'incliner et à se circonscrire dans une braise à peine ardente.

Sur le point de vivre une extinction qui lui semblait de plus en plus inéluctable, au bord de la disparition, elle décida qu'il en serait autrement. Elle s'emplit de tout l'oxygène à sa portée afin de crier à l'aide par un flamboiement hors du commun, une escarbille projetée et un grésillement nasillard.


Amadou décida de répondre à son appel et de se laisser apprivoiser. Certes, l'embrasement le transformerait définitivement mais il était heureux à l'idée que Flamme cesse de s'éparpiller, d'abîmer les alentours et puisse trouver un lieu et un emploi utile à d'autres espèces.

Il lui promit qu'elle pourrait danser joyeusement, réchauffer les coeurs et éclairer les esprits avec son soutien dès lors qu'elle accepterait de vivre le choc entre deux titans de pierre.


Pas très rassurée, Flamme aiguisa son attention, son écoute, son agilité et ne laissant passer aucune opportunité, surgit bientôt sous la forme d'une étincelle entre une pyrite et un silex. Amadou tint promesse ; il lui permit de grandir, cette fois dans un foyer sacré et protégé, et Flamme put contribuer paisiblement à l'harmonie de la communauté.


27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout